Appeler
+33 6 78 74 08 90
Contact
info@atelierdalangeac.com
· · Commentaires

Guide des tailles et inclusivité

· · Commentaires

GUIDE DES TAILLES

 

Pour prendre vos mesures, utilisez un mètre-ruban souple.

  • Le tour de poitrine : faites le tour de votre buste en passant le mètre ruban au niveau du sommet de votre poitrine
  • Le tour de taille : faites le tour de votre taille au creux de celle-ci (souvent juste au-dessus du nombril), là où votre taille est la plus serrée
  • Le tour de hanche : faites le tour de vos jambes (et fesses) à l'endroit où votre corps est le plus large (souvent juste au dessus de l'entre-jambe)

Sur chaque fiche produit, nous indiquons la taille des mannequins et la taille du vêtement qu’elles portent. Nous indiquons également quelle taille choisir si vous êtes entre deux tailles.

Chez dalangeac, nous aimons les coupes bien taillées qui laissent vos corps se mouvoir sans entraves. Les cotons et les lins que nous utilisons s’assouplissent et s’adoucissent avec les lavages sans risques de rétrécissement, tant que vous les lavez à des températures douces (20 à 30 degrés). C'est d'ailleurs les meilleures températures de lavage pour la planète !

Nous sommes disponibles pour vous renseigner si vous avez des doutes ou des questions. 

LE DÉVELOPPEMENT D'UN NOUVEAU MODÈLE

À date, nos vêtements vont du XS au XL (pour certains modèles). Nous savons que cela n’est pas inclusif et qu'il faudrait aller plus loin, proposer plus de tailles pour que chacun.e puisse se sentir considéré.e dans notre offre de produits. Cependant, il est important pour nous de vous expliquer pourquoi notre gamme de taille est encore limitée. Venez, on vous emmène faire un tour en coulisse, aux prémices de la création d’une collection !

LES ÉTAPES DE DÉVELOPPEMENT D’UN NOUVEAU MODÈLE

Lorsque nous développons un nouveau modèle, de nombreux coûts s’appliquent.

Le modélisme (ou la création du patron)

Créer un patron nous coûte entre 300 et 600€ (par modèle). On commence par la taille S, qui est une taille standard pour les mannequins cabine. Dans son atelier, Marthe, notre modéliste imagine les formes du vêtement et transposent nos idées sur papier, en traçant de grandes lignes ou de grandes courbes, en ajoutant des pinces pour ajuster un pantalon ou une blouse, en travaillant les longueurs pour répondre à vos envies de robes longues, de jupes midi ou de pantalon 7/8ème.

Elle crée alors une « toile » : c’est un peu le brouillon du vêtement. Un vêtement crée dans un tissu sur-cyclé (ancien drap, chute de tissus…) qui nous permet de visualiser le modèle, de voir si le tombé est bon, si les mensurations sont correctes, si une poche doit être déplacée, s’il faut supprimer ou ajouter un détail. On l’essaye, on bouge avec, on fait quelques flexions pour s’assurer que la taille S est un vrai S et que notre corps y est à l’aise. Lorsque sa première toile est faite, Marthe note les retouches et les reporte sur son patron, puis fait des altérations pour améliorer la toile. Et ainsi de suite, jusqu’à ce que nous soyons toutes (elle et nous) pleinement satisfaites.

En tout, cela représente environ 5 à 10h de travail pour elle (plus nos rendez-vous).

La gradation et la numérisation du patron

Quand le patron est prêt, nous lui donnons un nom et l’envoyons à l’atelier de gradation : là-bas, Ghislaine s’occupe de numériser (digitaliser) le patron papier. En effet, les ateliers de confection travaillent avec des fichiers numériques. Cela permet d’être très précis et plus tard de pouvoir faire des découpes de tissus rapidement, grâce à des machines automatiques ! C’est surtout vrai quand on produit plusieurs dizaines de pièces par taille.

Une fois le patron numérisé, Ghislaine crée les tailles XS, M, L et XL. En fonction de la complexité du modèle, cette partie coûte entre 150 et 200€ par design.

Les prototypes

Le fichier du patron est prêt à être envoyé aux ateliers ! Nous l’accompagnons d’une fiche produit qui explique chaque détail aux ateliers : tissus à utiliser, emplacement des boutons, coutures particulières, doublures… Tout doit être correctement explicité pour éviter qu’ils ne s’emmêlent les pinceaux (ou les ciseaux). Comme nous travaillons à distance, plus il y a de détails, plus ils sont heureux ! Au Portugal, Bernadete, notre agent, fait le point avec l’atelier qui va s’occuper de confectionner les prototypes et plus tard les pièces finales. Elle revoit les fiches produit avec eux et les accompagne dans le développement des modèles. Détail d’importance, nous avons fait parvenir, entre temps, tous les tissus, boutons et compagnie à l’atelier pour qu’ils puissent créer le prototype parfait, afin d’avoir un aperçu concret du produit final.

Un prototype, cela prend toujours un peu plus de temps à produire, parce qu’il faut être attentif, ne pas faire d’erreur, comprendre et apprendre le montage des différents éléments : cols, manches, ceintures…. Cette confection de prototype coûte donc plus cher à l’unité qu’une pièce « finale ». Et si le « proto », comme on l’appelle dans le milieu, ne convient pas, il faut en refaire un.

Entre les matières premières et la confection des prototypes, la création d’un modèle dans une taille va nous coûter entre 110 et 270€.

LE COÛT DE DÉVELOPPEMENT

Faisons un peu de calculs mathématiques :

  • Modélisme : 300 à 600€
  • Gradation et numérisation : 150 à 200€
  • Prototypage : entre 110 et 270€

Chaque modèle va donc nous coûter entre 560€ et 1100€ à développer… Et la production n’a pas encore commencé. Multipliez cela par 5 ou 10 pour le lancement d’une nouvelle capsule : c’est un sacré investissement pour une petite marque !

Lorsque nous produisons 30 pièces par modèle… cela revient à un coup de développement de 18 à 36€ par vêtement vendu ! Bien sûr, nous pourrons mieux amortir ces coûts avec le temps, lorsque nous seront en capacité de produire plus.

 

ET LES GRANDES TAILLES ?  

LA MODE INCLUSIVE

Pour créer de beaux vêtements bien coupés pour des tailles XXS, XXL et plus, cela signifie créer un tout nouveau modèle. Pourquoi ? Parce que les formes du corps sont différentes et qu’il est important de s’adapter, de proposer de beaux vêtements bien coupés aux femmes qui achètent ces tailles. Prendre un modèle basé sur une taille S et simplement rajouter des centimètres au tour de taille, au tour de poitrine et au bassin, ça n’est pas une solution idéale. Nous considérons que créer un vêtement adapté à chaque morphologie et notamment aux personnes qui portent du XXL+, c’est aussi réfléchir aux besoins de ces femmes (et hommes). Nous voulons faire les choses correctement, créer du beau, ne pas aller vers la facilité en développant des modèles sans formes, trop larges, qui cachent les corps et ne font pas honneur aux jolies femmes qui les portent. Il faut reprendre depuis le zéro pour avoir une base de modèle propre à ces tailles, une base bien pensée, ajustée, travaillée.

Quand une petite marque se lance, le niveau de commande est faible. Une trentaine de pièces par modèles. Les demandes que nous recevons sont principalement pour des XS, du S ou du M. Quelques demandes pour le L. Et de temps en temps, un XL.

Développer des tailles plus grandes, c’est, pour l’instant, un gros investissement pour nous. Nous n’avons simplement pas la trésorerie pour supporter ces coûts supplémentaires, en particulier lorsque cela ne permet de produire que 2 ou 3 pièces derrière. Cela ne serait pas rentable.

FAIRE MIEUX

Mais nous promettons une chose : pour tous les modèles qui deviennent des coups de cœur, qui se vendent bien et pour lesquels nous pouvons relancer des productions, dès que nous pourrons amortir nos frais de développement produit, alors, bien sûr, nous retournerons avec joie dans l’atelier de Marthe, celui de Ghislaine et auprès des ateliers du Portugal pour travailler notre gamme de taille et vous proposer du XXS et du XXXL !

Sans attendre d’avoir vendu 1000 pièces par modèles. Parce que la mode durable se doit d’être aussi une mode inclusive, qui répond au besoin de chacun.e. Parce que chacun.e a le droit de trouver des vêtements qui lui plaisent, dans lesquels il ou elle se sent beau et belle, et qui répondent à ses convictions. La mode éthique ne sera vraiment éthique que lorsqu’elle sera accessible à tous et à toutes.