Appeler
+33 6 78 74 08 90
Contact
marie@atelierdalangeac.com

Manifeste

Lorsque nous avons créé dalangeac, nous avions imaginé une marque pleine de féminité, de douceur et poésie. Nous souhaitions des vêtements intemporels, fluides, légers, des modèles qui mettent en valeur les femmes. Des pièces dans lesquelles on se sent soi-même. Nous voulions construire un univers qui nous emmène vers une vie plus simple, plus minimaliste et surtout heureuse, qui nous permet de nous recentrer vers l’essentiel. Nous avions envie de remettre le naturel au cœur de nos maisons. Dalangeac, c’est plus qu’une marque de prêt-à-porter, c’est tout un art de vivre.


DALANGEAC

Redonner du sens aux objets, et particulièrement aux vêtements… Quelques mots posés pour une grande aventure. La marque dalangeac est née dans nos esprits en 2016 à une époque où Marie, co-fondatrice, habitait rue de Langeac dans le XVe arrondissement de Paris. L’idée a mûrit dans nos esprits pendant quelques mois, quelques années même. Les valeurs que nous voulions porter étaient là : la bienveillance, le respect, la transparence. Il nous fallait trouver comment mettre tout cela en place. 

Comme un tableau, dalangeac s’est construit pas à pas, avec le temps. Nous avons peint l’arrière-plan, apposé des touches de peintures délicatement, pour commencer à dessiner les contours. À deux mains puis à quatre mains, avec des partenaires incroyables pour soutenir ce projet.

Plus concrètement, il était important de nous assurer que les modèles que nous souhaitions développer vous plaisent. Après avoir souligné les grandes lignes, nous avons fait notre « phase test », en 2018 et 2019. L’engouement était au rendez-vous : nous avons imaginé un univers qui vous parle.

En 2020, nous avons voulu rêver plus grand. C’est une histoire d’un projet qui s’est construit à 2 et qui grandit avec vous. Une histoire de bien-être, une envie de se recentrer sur l’essentiel, un choix de consommer moins mais mieux. Une envie d’inspirer les personnes autour de nous pour avancer ensemble vers un mode de consommation durable.


L’INTEMPOREL

Chez dalangeac, l’intemporalité guide la création de nos collections, de pair avec la féminité et la poésie.

Pour créer des vêtements responsables, il faut s’assurer qu’ils durent longtemps. Cela passe évidemment par la qualité́ du tissu et de la confection, mais aussi par le design.
Une pièce intemporelle, c’est un vêtement que l’on peut porter aujourd’hui et dans 5 ans parce que son design ne suit pas une tendance éphémère mais qu’au contraire, il reflète simplement notre propre style. C’est aussi une pièce qui, souvent, s’accorde avec bien d’autres éléments de notre garde-robe.

Pour créer ces intemporels, nous nous inspirons des matières, des modèles des années 1950 à aujourd’hui qui ont marqué durablement notre époque, de l’élégance des femmes françaises et de vos propres envies aussi. Nous nous assurons que les pièces que nous créons se marient bien avec les autres pièces d’une même collection mais aussi avec des modèles de collections précédentes. 

Un vêtement intemporel n’est pas synonyme d’ennui ou de banalité : il vient justement nous mettre en valeur par sa simplicité, il nous donne de l’allure, il souligne notre élégance. C’est une valeur sûre. 

Un intemporel, c’est une pièce indispensable, qui devient un allié du quotidien. Ce sont des vêtements qui nous ressemblent et dans lesquels on se sent bien, pour lesquels on privilégie les belles matières. 


LES MATIÈRES

Les belles matières se patinent avec les temps et c’est aussi pour cela que nous les aimons.

Les matières naturelles sont un élément clé́ du développement de nos collections. Elles laissent notre peau respirer, qu’elles s’embellissent et s’adoucissent avec le temps, qu’elles jouent avec nos formes sans coller à la peau. Chacune de ces matières à des propriétés bien à elle et nous prenons ces propriétés en compte quand nous développons un nouveau modèle. 

Les matières naturelles permettent aussi de préserver l’environnement. 

Contrairement aux matières synthétiques (polyester, polyamide et autres dérivés de l’industrie pétrochimique), elles ne relâchent pas de microfibres de plastique dans la nature et ne sont pas consommatrices de pétrole. 

Pour toujours mieux choisir ces matières naturelles, nous nous renseignons sur leur origine, leur consommation en eau, le processus de transformation de la fibre et la qualité du tissu final. Chaque étape est clé : la transformation d’une fibre végétale ou animale consomme de multiples ressources qu’il nous importe de préserver aussi.

Il est important aussi de s’assurer que les matières naturelles choisies respectent l’environnement et les êtres vivants : un coton dont les besoins en eau sont satisfaits par le climat local, du lin normand tissé en Europe, de la laine prélevée avec douceur sur les animaux... 


LE SURCYCLAGE (OU UPCYCLING)

La transformation des matières premières (coton, soie, laine, lin, etc.) est souvent énergivore, consomme beaucoup d’eau, notamment lors du processus de teinte de la matière. Or, de nombreuses entreprises de vêtements en France ont des stocks incroyables de tissus qui « dorment » dans des entrepôts. Des tissus qui ont été achetés il y a plusieurs années pour lancer des collections, mais dont on n’a pas utilisé toutes les quantités. Des matières nobles, qui viennent souvent des grandes marques de prêt-à-porter de luxe.

Ces « stocks dormants » sont voués à être jetés ou incinérés, si personne ne leur donne de deuxième vie. Nous cherchons donc, autant que possible, à trouver ces rouleaux oubliés, ces tissus cachés, notamment en travaillant avec la merveilleuse équipe d’Uptrade, Charlotte et Eléonore, qui nous aident à dénicher des tissus pour que nous les transformions en vêtements. Ce n’est pas du recyclage, mais du « sur-cyclage », ou upcycling en anglais : cela signifie que l’on donne une valeur ajoutée à un produit qui est considéré comme obsolète, ou inutile, aux yeux du propriétaire précédent.

Sans revenir sur notre promesse initiale de ne proposer que des vêtements en fibres issues de matières naturelles, nous achetons des fins de stocks de rouleaux de qualité en coton, en laine, en viscose ou en lin, et nous utilisons pour la confection de nos vêtements. Ce sont donc des modèles qui seront proposés en quantités limitées, car souvent, les fins de stocks ne représentent que quelques dizaines ou centaines de mètres. 


LES TISSUS RESPONSABLES

Il est parfois possible que nous ne trouvions pas la matière que nous cherchions pour un modèle, ou que les stocks de tissus disponibles ne soient pas suffisants. Quand c’est le cas, nous faisons le choix de nous tourner vers des fournisseurs responsables, et dont la chaîne d’approvisionnement correspond également à nos valeurs : conditions d’élevage, méthodes utilisées pour la culture des plantes, rémunération juste des producteurs, agriculture biologique, location et acheminement de la matière première, produits chimiques entrants dans le processus de transformation des fibres, traitement des eaux et des déchets… La traçabilité du textile est encore compliquée dans de nombreux cas, mais au fil du temps, nous arriverons à trouver les fournisseurs d’exception, pour qui l’avenir de la planète et de la société est considéré comme un enjeu majeur. Nous souhaitons donc favoriser les textiles Okeo-Tex, le coton GOTs, la laine issue de la filière RWS, le lin et le chanvre (qui ne demandent pas de pesticides).


LA CONFECTION EN CIRCUIT-COURT

Avant la fin des années 1990, une grande partie des vêtements que nous portions étaient produits en France, ou du moins en Europe. Puis la Chine s’est équipée d’usines de confection, où de nombreuses petites mains payées une fraction de ce que les salariés européens coûtaient, confectionnaient et sans compter les heures supplémentaires, des vêtements vendus à un prix extrêmement faible : il ne fut plus rentable de produire en Europe. La filière textile fut décimée dans son ensemble : des ateliers aux usines de transformation, seules les entreprises qui vendaient des produits haut-de-gamme purent garder la tête hors de l’eau. 

Avec la possibilité de produire beaucoup à moindre coûts, la fast-fashion pris son envol et les couturières françaises et européennes furent laissées pour compte. Un véritable savoir-faire disparaissait, notamment en France, pays pourtant très connu pour l’influence qu’il avait sur l’habillement et le monde de la mode. 

Nous avons envie de mettre en avant ce savoir-faire, et de travailler avec des usines de confection au plus proche de chez nous, pour à la fois contribuer à l’économie locale mais aussi limiter notre empreinte carbone en évitant d’utiliser l’avion comme moyen de transport de marchandise.

La confection des vêtements se fait donc en partie au Portugal, où un atelier peu aujourd’hui nous accompagner sur nos besoins de production, et en France, où nous travaillons avec un atelier qui accompagne les personnes éloignées de l’emploi à la réinsertion professionnelle.


LA TRANSPARENCE

La clé de notre succès passera par la confiance que vous nous accordez. Et c’est pour cela qu’il est évident que nous voulons être transparents avec vous. Nous avons envie de tout vous raconter : vous montrer ce qu’il se passe dans notre quotidien, vous expliquer nos échecs ou nos succès dans la recherche de fournisseurs, vous emmener à la rencontre des couturières, vous partager nos réussites et nos difficultés, être en tout temps honnêtes avec vous. Nous voulons être transparents sur nos prix, nos marges, nos salaires.

Notre projet grandit chaque jour, nos valeurs sont le gouvernail de dalangeac et vous êtes le vent dans les voiles, ce souffle qui nous permet d’aller toujours plus loin.